PARTAGEZ VOTRE HISTOIRE : KEVIN REMPEL

03/22/16

Partagez Votre Histoire : Kevin Rempel

J’ai reçu ma première moto tout-terrain à l’âge de 12 ans, et peu de temps après, j’imitais

déjà les autres coureurs. Je faisais des sauts en m’imaginant un jour être aux X Games.

Le motocross en style libre était ma passion, et après 10 ans d’entraînement, j’ai

finalement commencé à donner des spectacles.

 

Le 15 juillet 2006, je participais à l’événement Rock the Wake à Haliburton en Ontario. À

mon premier saut de la journée, j’ai fait une très mauvaise chute, et je suis retombé sur le

sol sans ma moto. J’avais le dos, les côtes et le bassin brisés, et je ne pouvais plus

bouger les jambes.

 

J’étais frappé de paraplégie incomplète.

À mon réveil à l’hôpital, les médecins m’ont annoncé que je m’étais fracturé et disloqué

les vertèbres T12-L1, que « je ne marcherais probablement plus jamais », et que si j’y

arrivais, ce serait avec des orthèses des membres inférieurs jusqu’aux hanches.

Il est très difficile de convaincre quelqu’un qui a déjà une opinion arrêtée. Dès que j’ai

entendu ce pronostic, je savais que ma mission était de remarcher un jour. Grâce à la

chance et à beaucoup d’efforts, je marche maintenant tous les jours. Les dommages

neurologiques me causent des spasmes musculaires, de l’atrophie et de la douleur, et j’ai

des fourmis dans les jambes. Malgré tout, je ne regrette rien. Je poursuivais mon rêve.

Mais le hic dans mon histoire, c’est que mon père, croyez-le ou non, avait lui aussi

paralysé quatre ans avant moi. Nous chassions le cerf ensemble quand il est tombé de la

cache installée dans un arbre. L’accident de mon père a écrasé ses vertèbres T5, T6 et

T7 et l’a laissé paraplégique complet un an seulement avant sa retraite. Mon père a eu

beaucoup de difficulté à accepter sa condition. Il a souffert de grave dépression en plus de

développer une dépendance au jeu pour oublier ses blessures. Un an seulement après

mon accident, en 2007, papa a conclu que la vie n’en valait plus la peine, et il s’est

suicidé.

 

Ce fut cinq années très difficiles.

 

Mon père espérait la guérison pendant que je choisissais de regarder de l’avant et de

vivre ma vie. Je pense que la meilleure chose à faire est de s’encourager mutuellement à

faire les deux. Je crois qu’il est possible de trouver un traitement pour les lésions à la

moelle épinière. Comme l’idée de remarcher l’a été pour moi, il ne s’agit pas de savoir si,

mais quand ça arrivera. Nous sommes résolus à trouver un traitement !

Le 3 mai 2015, je participerai aux finales des 2015 IPC Ice Sledge Hockey World

Championships A-Pool à Buffalo, New York, de l’autre côté de Niagara Falls, au même

endroit où les coureurs participeront à la course Wings for Life World Run. J’enverrai tout

mon soutien aux coureurs, et j’ai hâte de voir comment la fondation Wings for Life peut

changer la vie de ceux et celles qui sont touchés par des lésions à la moelle épinière.

Inscrivez-vous à la Wings for Life Run maintenant et joignez-vous à mon équipe !

Plus d'actu